Nommer les choses et les définir pour bien les comprendre. C’est d’autant plus important lorsqu’on évoque un mot tellement utilisé, étiré et déformé qu’il est devenu flou.

La passion est donc un sentiment, un attachement fort et durable pour une chose, une activité ou quelqu’un. S’engager dans des activités passionnantes conduit à se dépasser et procure des plaisirs que l’on peut associer au bonheur. J’exclus volontairement la passion pour une personne, telle que la passion amoureuse. Néanmoins, je ne peux en faire de même pour le fait d’être fan d’un artiste, par exemple. De la même manière, j’exclurais volontiers la passion pour un objet mais celle-ci conduit bien souvent à une activité telle que la collection ou la restauration, l’échange, etc.

Ce qui m’intéresse, donc, c’est le sentiment fort et durable que l’on éprouve pour une activité passionnante. Des activités qui pourront être sportives, intellectuelles, artistiques, artisanales, éventuellement liée à une personne ou un objet, le spectre de la passion est extrêmement large. Et il inclut, évidemment, les activités professionnelles mais ce n’est pas le cœur de mes recherches, pas directement en tout cas.

Les recherches en psychologie sociale sont allées un peu plus loin que le fort sentiment. Elles ont démontré que la passion pour une activité inclut une identification forte à celle-ci. Le passionné se définira naturellement par sa passion, au moins partiellement. Un passionné de timbres ou de voitures anciennes, par exemple, se qualifiera de collectionneur, parfois même avant tout autre qualificatif, comme son métier.

Cette identification n’est autre que le reflet d’une part de la capacité de différenciation offerte par l’activité et d’autre part, des émotions positives générées par l’exercice d’une passion : un bien-être physique et/ou psychologique, une fierté, une confiance renforcée. Ces sentiments proviennent de la connaissance approfondie que l’on a de son sujet, de la maîtrise technique, de succès acquis. Même lorsqu’elle demande des efforts, de la persévérance, des sacrifices, de la douleur parfois, elle conduit à des émotions positives qui renforcent et conduisent à cette fierté. Elle permet de dégager une formidable énergie.

Ces émotions, cette énergie et les compétences développées méritent d’être valorisées.

Évidemment, on ne peut obliger quelqu’un à développer une passion. Mais on peut, au contraire, valoriser les acquis des passionnés, et ainsi renforcer leur fierté, leur confiance, et libérer la passion de ceux qui, pour diverses raisons, pourraient repousser leur développement.

On le voit, je mise sur la contagion de ces émotions positives, de cette formidable énergie, de ces compétences. Une contagion pour créer ou renforcer une dynamique créatrice au sein de nos organisations, de notre société. En plus de tous les autres efforts, je suis convaincu des bienfaits de cette dynamique !