À propos

En résumé: Au cours d’une première partie de carrière en tant que prestataire pour de nombreuses PME, associations et fédérations professionnelles, j’ai eu la possibilité de longuement observer mes clients et leur personnel, la manière dont le management évolue… ou pas. J’ai observé mes proches, aussi. Et je me suis enfin concentré sur ma propre vie. J’ai observé des gens passionnés plutôt bien dans leur vie et d’autres qui voudraient mais ne font pas, beaucoup moins bien. J’ai mis la passion au cœur de mes réflexions et de mes recherches.

Depuis très longtemps, je m’intéresse à l’engagement et aux conditions de cet engagement dans la société, au travail ou dans le privé.

Et depuis plus de 10 ans, je travaille sur le lien étroit et bidirectionnel entre les performances des entreprises et leur conformité avec les attentes de leurs parties prenantes. Et parmi ces parties prenantes, j’ai beaucoup observé et écouté les principaux responsables de ces performances : leur personnel.

On a déjà beaucoup dit et écrit sur les évolutions possibles du management pour relier le bien-être et les performances. Si la théorie semble aller dans le bon sens (libération, responsabilisation, collaboration, etc.), je dois bien constater que la pratique reste globalement figée dans des rapports de pouvoir et d’intérêts contraires. Je vois des gens qui souffrent, d’autres qui ont peur, s’éveillent chaque matin angoissés à l’idée de se tromper, de ne pas parvenir à en faire assez. Je vois encore un management par la pression et la peur, un management frustrant. Et puis, je vois aussi des gens plutôt bien au bureau mais qui courent et n’ont le temps de rien. Une part d’entre eux nourrit des frustrations, progressivement… La rupture brutale d’un système en tension n’est bon pour personne !

Les défis présents et à venir des organisations et de leur personnel sont bien réels. Flexibilité et instabilité, manque de sens et de visibilité sont souvent mis en évidence, de part et d’autre. Des métiers vont disparaître, de nouveaux que nous ne connaissons pas encore, vont apparaître. Les carrières seront encore plus morcelées. Les temps libres choisis ou subis seront plus nombreux.

Face à ce monde en mutation, dont nous voyons déjà plus que des signes, il faut autre chose que des compétences techniques. Ce dont nous avons besoin, et dont nous aurons encore plus besoin à l’avenir, ce sont des talents bien plus profonds, que l’enseignement ne peut apporter : énergie, enthousiasme, créativité, persévérance, adaptabilité, curiosité, capacité d’« auto-apprentissage » permanent,… Ce sont les personnalités les plus riches, complexes et confiantes qui se démarqueront. Mais aussi les personnalités les plus vraies, authentiques ! Je l’espère. Peut-être qu’enfin nous verrons moins de grenouilles qui tenteront de se faire passer pour des bœufs…

J’en suis persuadé, l’un des ingrédients de cette richesse indispensable, c’est la passion ! Passion naturelle pour certains, qu’il faudra libérer pour d’autres.

Passion pour son métier, peut-être. Métier découlant d’une passion, parfois aussi, mais on peut s’interroger sur l’opportunité de mettre tous ses œufs dans le même panier. Pour eux et pour les autres, il est absolument indispensable de libérer les passions, activités de loisir ou non qui génèreront les indispensables émotions et expériences positives, qui ensuite conduiront à cette richesse, laquelle percolera dans les autres pans de la vie, vers les proches et collègues.

Ces personnalités riches seront moins dépourvues lors de périodes d’inactivité professionnelle et disposeront de bien plus de ressorts pour trouver une autre activité ou, à défaut, de maintenir leur identité et leur estime de soi, l’espoir. Le gain sociétal devient alors évident, tant sous un angle purement économique que social ou démocratiques.

Si d’autres ingrédients que la passion méritent une grande attention, il me semble qu’elle est au centre de tout. Quant aux moyens pour la libérer, l’encourager, la développer ET la maîtriser, ils sont évidemment très nombreux. J’ai décidé d’en explorer quelques-uns, tant en entreprise qu’auprès de passionnés de tous bords.

Quelles sont ces passions ? Qu’en faire ? Comment les libérer ? Quels sont les éventuels risques ? Comment répondre au mieux aux besoins des passionnés et des organisations pour tirer le meilleur de la passion ? C’est précisément le sens de mon travail…